Accueil

Le bon et le mauvais virus


Le mauvais vous le connaissez.
Le bon, les choristes le portent sans en être conscient. C’est celui de chanter ensemble.
Le premier sera éphémère, le second est dans nos gênes. Alors regardons l’avenir avec optimisme, cette formidable passion reprendra le dessus. Le plaisir de chanter ensemble, de retrouver notre public sera d’autant plus intense que nous avons pris conscience de son importance en en étant privé pendant de longs mois. Soyons donc optimistes pour l’avenir.

Il reste que ce virus nous met bien difficulté voire dans la peine pour ceux qui ont été directement touchés par la maladie. Notre festival “Hérault les Chœurs!” prévu  le 17 mai à été annulé. Nous attendions 65 chœurs, 5 à 6000 visiteurs. Une grosse déception parmi d’autres. Il n’y aura pas de report et nous sommes maintenant sur la programmation de mai 2021.

Dans cette période de confinement chaque chœur recherche des solutions pour maintenir l’activité. Garder le contact d’abord et en profiter pour apprendre à distance de nouvelles partitions, voire même pratiquer quelques exercices vocaux. Les outils de réunion vidéo permettent d'échanger mais pas de chanter ensemble.  Certains font des montages qui donnent l’illusion d’un chœur constitué comme on en voit de nombreuses diffusions sur le  réseau. Mais chanter ensemble, ce n’est pas assembler des voix individuelles. C’est avant tout s’écouter, mettre nos voix en harmonie, ressentir les mêmes vibrations, ce que la technique aujourd’hui ne permet pas de faire à distance. Cela viendra peut-être un jour mais ce n’est pas pour tout de suite. 
Et c’est tant mieux. Le confinement nous aura au moins appris, ou rappelé, combien nous avons besoin de ces contacts physiques, de se voir en vrai, de se rencontrer, de partager. Tout ce que nous apporte le chant choral.

Alors il faut bien le reconnaître nous sommes tout de suite quelque peu décontenancés. La perturbation de notre activité chorale est sans commune mesure avec la crise sanitaire et économique mais reste une vraie préoccupation. On trouvera toujours des solutions pour le commerce, la production, les services. C’est déjà un peu plus compliqué pour l’éducation. Pour tous ceux qui ont besoin de contact comme certains sports, la danse et bien entendu le chant choral, c’est la grande inconnue.
Il faut reconnaître que nous faisons tout ce qu’il ne faut pas faire : nous nous rassemblons, nous nous rapprochons pour mieux nous entendre et nous postillonnons comme il n’est pas permis de le faire. Alors la reprise de notre activité chorale que ce soit en répétition ou en concert n’est pas pour tout de suite.

Une lettre d’information qui annonce l’annulation de notre festival tant attendu, qui ne fait la promotion d’aucun concert.. . Sale virus. Heureusement nous, chanteurs, avons le nôtre, bien accroché et indéfectible. 
Alors patience et ... prudence, le plaisir en sera décuplé.
 
Pierre Quénard, Président de l’Association des Chœurs du Languedoc.